Stories

L’esprit des Andes

Apprendre auprès des autochtones est l’un des privilèges d’un vrai voyage, déclare Hebert Peralta Gonzales, guide explora en La Vallée Sacrée

Hebert Peralta Gonzales Guide explora de La Vallée Sacrée, Pérou

 

Lors de la première semaine d’août, mois de Pachamama, Terre-Mère – je suis parti avec un couple de voyageurs explorer le Verónica. Cette marche en haute altitude dans la zone privée de Thastayoc offre une vue époustouflante du Verónica aux sommets enneigés, pic le plus élevé de la Vallée Sacrée à 5 683 mètres.

 

Une rencontre inattendue

Après avoir traversé le point le plus élevé, nous sommes tombés sur un groupe de diverses personnes, autochtones et natifs de toute la province, qui participaient à une cérémonie à la Pachamama. Nous nous sommes approchés d’eux et leur avons demandé si nous pouvions nous joindre à eux. Ils nous ont donnés des feuilles de coca et ont soufflé la fumée du Mapacho sur nous. Puis l’un des professeurs andins a demandé à chaque voyageur sa nationalité et sa profession avant de nous inviter à rester et à discuter.

 

De sages paroles

À l’issue de la cérémonie, il a effectué un rituel spirituel de purification sur chacun d’entre nous, nous incitant à prendre en main un Jiwaya, une pierre spéciale. Il nous a ensuite raconté des choses que personne d’autre que nous ne devait savoir et il nous a également prodigué des conseils qui, d’après lui, allaient changer nos vies.

…il a effectué un rituel spirituel de purification sur chacun d’entre nous, nous incitant à prendre en main un Jiwaya, une pierre spéciale…

 

Une chance de réflexion

Nous sommes retournés à pied dans la forêt de queuña, en écoutant en chemin le chant de différents oiseaux. Puis une des voyageuses s’est soudain souvenue qu’une amie bohémienne lui avait dit qu’elle trouverait dans les montagnes du Pérou un prêtre qui allait lui raconter quelque chose de très important. J’ai eu l’impression, à ce moment, que c’était un rêve. Ce jour-là, nous ne sommes pas retournés à la camionnette avant 17 heures, mais, grâce aux feuilles de coca, nous n’avions pas faim.

 

explora Valle Sagrado

Abonnez-vous à notre lettre d'information
Abonnez-vous pour recevoir les mises à jour d'explorateur exclusif