Stories

Les saveurs profondes de la Vallée Sacrée

Permettre aux voyageurs de découvrir l’histoire des incas non seulement avec les yeux, mais à travers tous les sens. Voici le but de Rodrigo Naranjo, chef exécutif d’explora Valle Sagrado. Ici, Rodrigo nous raconte comment il y parvient.

Rodrigo Naranjo, chef exécutif à explora Vallée Sacrée

Ma trajectoire en tant que chef commença dans la ville, à Lima, et je n’avais jamais imaginé que cela me conduirait à la Vallée Sacrée, celle-là même qui jadis fut le grenier de l’empire inca. Mon métier m’a permis de découvrir en profondeur le paysage et les gens qui l’habitent, en cueillant et cuisinant les mêmes produits que les incas ont planté il y a plusieurs siècles dans cette terre si fertile.

Je n’exagère pas : la quinoa, la kiwicha et le tarwi que nous cultivons aujourd’hui sont les mêmes produits que les incas consommaient. Même les terrasses que nous utilisons pour notre agriculture sont construites avec les pierres utilisées par las incas plusieurs siècles en arrière.

Voilà pourquoi je sens que la gastronomie est une façon pour le voyageur de fermer la boucle lorsqu’il explore la Vallée Sacrée. À quelques pas de l’hôtel on voit déjà les champs de maïs, de quinoa, de muña et de aguaymanto, qui font partie du paysage. En parcourant la vallée, le long de la rivière Urubamba, on voit des paysans en train de cueillir des pommes de terre. On peut même avoir la chance de participer à la cueillette de quelques variétés de pommes de terres, entre plus de 2.400 variétés cultivées dans la vallée.

À la fin de la journée, lorsque le voyageur s’assied à table, qu’est-ce qu’il voit ? Plus que de la nourriture, plus qu’une recette, il découvre une histoire, les réminiscences de ce qu’il a vécu au cours de son expédition ; il retrouve l’arôme des herbes et sent la présence de la terre qu’il a eu entre les mains, lorsqu’il a cueilli cette pomme de terre qu’il voit maintenant dans son assiette.

Je souhaite qu’il se sente fier à cet instant-là, en pensant que qu’il déguste un produit qu’il a cueilli lui-même.

Il est difficile de penser à une exploration plus profonde que celle menant à découvrir littéralement les racines de la terre.

Réussir à offrir cette expérience au voyageur c’est une partie de ma mission, que je prends très à cœur. Dans cette quête, j’ai découvert de nouveaux produits grâce aux autres cuisiniers, tous originaires de Cuzco. Ils y mettent leur propre touche, mais aussi leur histoire. Chaque fois que nous créons un plat, ils contribuent avec des éléments de leur région. C’est ainsi que nous travaillons notre carte : à partir de recettes traditionnelles de la gastronomie péruvienne fusionnées aux produits typiques de la Vallée Sacrée.

Notre carte est le résultat d’un mariage entre des ingrédients typiques de la région, et les plats traditionnels de la gastronomie péruvienne.

Grâce à ce principe, le public reconnaît notre style. Par exemple, notre trio de causa est en même temps croustillant et tendre, dans un plant caractérisé par le jaune intense de la pomme de terre de la région et le vert de l’avocat local, auquel nous avons ajouté des gambas e du poulpe, typiques du nord du pays. Même le ceviche a son propre caractère : au lieu de poisson blanc nous utilisons de la truite, typique de la région, qui apporte des saveurs et des couleurs particuliers.

Afin d’approfondir cette expérience nous sommes en train de construire un potager où les voyageurs pourront voir tout ce que nous cultivons et découvrir ce que les incas produisaient. Au fur et à mesure que nous augmenterons les produits de notre potager nous pourrons offrir une véritable expérience culturelle, et c’est ce qui nous rend le plus fiers.

À Lima je n’avais jamais imaginé une telle expérience. Tout le monde souhaite avoir son potager à la maison pour cueillir des herbes, des piments, mais avoir un jardin dans la Vallée Sacrée c’est tout autre chose. En travaillant la terre on apprend à accorder une plus grande valeur à ce que l’on met dans l’assiette. En participant à la cueillette de ce qu’on mange, en enfonçant les mains dans la terre, on fait une exploration profonde.

explora Vallée Sacrée

Abonnez-vous à notre lettre d'information
Abonnez-vous pour recevoir les mises à jour d'explorateur exclusif